Des contestations contre les résultats des élections présidentiels, des émeutes contre la faim, des mouvements sociaux pour revendiquer les bourses d’études, un meilleur salaire, l’eau, l’électricité  se soldant par des morts, des blessés graves, et des arrestations des opposants politiques et des responsables de la société civile, fusent de partout. Du Tchad au Cameroun, en République Centrafricaine, au Gabon, au Congo Brazzaville, en République Démocratique du Congo, au Nigéria, en Libye, au Soudan, au Soudan du Sud, au Burundi, au Rwanda et en Ouganda, c’est le même climat socio- politique et économique qui prévaut. Et depuis quelques jours, des velléités séparatistes de la région de Tigré, en Ethiopie, alors désigné pour abriter le siège de l’Organisation de l’Unité Africaine (O.U.A), aujourd’hui, Union Africaine (UA), de par sa tranquillité politique et son exploit à vaincre le colonisateur italien dans la guerre d’Adoua, en  1896, endeuillent les familles et les précipitent sur les chemin de l’exil soit huit mille personnes en date du 12 novembre 2020. Et pourtant, le Premier ministre éthiopien a été lauréat du célèbre prix Nobel pour la paix, il y a peu de temps. A toutes ces situations désolantes, il faut ajouter toute la bande sahélienne en proie aux attaques meurtrières des jadhistes de tous bords. Le continent a espéré qu’après l’esclavage et la colonisation, il allait se consacrer à son développement avec ses propres filles et fils, comme dirigeants, mais hélas ! Ce sont les intérêts personnels et le pouvoir sans partage, avec en toile de fond le contrôle de l’économie nationale. Le tripatouillage des constitutions pour sauter le verrou  de la limitation des mandats à la présidence de la République. Tels sont les cas au Tchad, Cameroun, Congo Brazzaville, en Côte d’Ivoire et les 2 Guinées. La liste n’est pas exhaustive. L’Afrique, en dépit des atouts et potentialité énormes se fait nourrir par les bateaux. Le cas le plus humiliant est celui du Tchad qui a fait des tapages médiatique des biscuits offerts par les Etats Unis d’Amérique, sous forme d’assistance contre la famine et la malnutrition. De tous ces clichés, l’Afrique parviendra- t- elle à atteindre ses objectifs fixés dans son agenda, à l’horizon 2063 ? Objectifs arrêtés par l’Union Africaine. Selon les termes mêmes du Rapport de la Commission sur l’Agenda 2063, la vision à l’horizon 2063 dépeint clairement, c’est-à-dire décrit en détail l’Afrique que les Africains voudraient à l’échéance des 50 prochaine années, lorsque le continent célébrera le centenaire de l’OUA. Lesquels objectifs, entre autres :

  • les peuples africains auront un niveau de vie élevé ; une qualité de vie et le bien être ;
  • l’Afrique aura des citoyens bien éduqués sur fond de révolution des compétences délibérément axée sur la science, la technologie et l’innovation pour une société du savoir ;
  • une Afrique où aucun enfant ne restera non scolarisé du fait de la pauvreté ou de la discrimination ;
  • les citoyens sont en bonne santé, bien nourris et ont une longue espérance de vie ;
  • l’agriculture est modernisée pour la production à grande échelle, la production améliorée et la valorisation par la transformation des produits de base et les services, et l’agriculture contribue à la prospérité de l’agriculteur et de la nation et à la sécurité alimentaire et nutritionnelle…etc.

Or la Côte d’Ivoire est le premier producteur du cacao, mais les producteurs du cacao ne connaissent ni la couleur du chocolat ni l’odeur du chocolat, moins encore son goût. Il en est de même, le Tchad qui produit du pétrole, mais la quasi- totalité des ménages ne connaisse pas l’électricité.

En quoi c’est choquant pour les Africains quand les ex Président américain, Donald Trump, français, Nicolas Sarkozy déclarent respectivement que les pays africains sont les pays de la merde et la France ne peut supporter toutes les misères du monde, au sujet des avalanches des immigrations au pays des Durant et Dupont, nos ancêtres, les gaulois ? Aussi longtemps que chaque état africain n’aurait pas à résoudre ses conflits internes ayant comme causes principales la mal gouvernance et les conflits frontaliers, comme cela se passe entre la République Démocratique du Congo, le Rwanda, l’Ouganda, et le Burundi, le décollage économique et la construction des Etats Unis d’Afrique demeureront un rêve sans fin.