La pandémie à coronavirus ou covid 19 continue sa progression, sa folle et sinistre course à travers le monde entier. On parle ces derniers temps de plusieurs milliers de victimes, obligeant certains Etats à durcir les mesures pour la contrecarrer.  Le Tchad n’est pas en reste. Dix sept provinces sur les 23 sont touchées par cette terrible maladie. Ce qui a obligé le gouvernement à ramener l’heure du couvre-feu instauré dans certaines provinces dont N’Djamena la capitale de 21H00 à 5H00 du matin. Cette mesure est étendue également dans les provinces du Mayo-Kebbi et du Moyen-Chari de 19H00 à 5H00. La coordination du sous-comité Défense et sécurité Covid-19 pour la ville de N’Djamena a rappelé dans un communiqué le 20 octobre dernier, le respect des mesures barrières édictées par le gouvernement pour aller en croisade contre cette terrible maladie. Il s’agit notamment de l’interdiction des attroupements dans les places mortuaires et mariages, le port obligatoire des masques, le respect des mesures de distanciation physiques dans les lieux de cultes. En rappel, cette maladie apparue à Wuhan, en Chine, en décembre 2019 a mis un véritable coup d’arrêt aux activités économiques, sociales, politiques et culturelles durant plusieurs mois et continue à les ralentir.

 Les gouvernements, à travers le monde, ont pris des mesures pour fermer leurs frontières terrestres et aériennes pendant quelques mois. Même si ces mesures ont été un peu  assouplies, permettant la reprise des activités dans certains secteurs de la vie économique, sociale et politiques, il n’en demeure pas moins qu’elles ont eues beaucoup de conséquences sociales sur les activités, notamment du tchadien lambda. ‘’ A quelque chose, malheur est bon ‘’, dit un adage populaire. Depuis l’annonce de cette crise sanitaire, le Président-Maréchal, IDRISS DEBY ITNO, qui ne passait jamais un mois au pays, est contraint de modérer un tant, soit peu, ses multiples déplacements à coût de CFA  à l’extérieur du pays surtout qu’il est toujours accompagné de forte délégation. Sans doute le trésor public aura une bouffée d’oxygène. Dans toutes ces difficultés endurées, il serait indispensable d’observer les mesures barrières édictées par le gouvernement qui restent et demeurent pour l’instant l’arme la plus efficace pour limiter sa propagation et espérer un jour la vaincre. C’est tout le challenge !EDITO DU 26/10/2020