Le président de la fédération tchadienne de football, Mouctar Mamoud, était l’invité du journal de 20 heures de la Télé Tchad il y a quelques jours. Il est revenu sur l’élimination par le Cameroun de l’équipe tchadienne des U23, les difficultés et les défis du football tchadien.

Il a estimé que « le football n’est pas mathématique. Pour jouer au football, il faut avoir des joueurs compétitifs. Chez nous au Tchad, on joue un peu moins, c’est ce qui fait que pour faire la compétition, c’est un peu difficile. »

Mouctar Mamoud a relevé que « le Cameroun n’est pas comparable au Tchad en matière de football. C’est deux nations qui évoluent vraiment différemment. Personnellement, je suis fier de la prestation des U23 pour le match retour. En match aller, le Cameroun a aligné plus de 20 joueurs professionnels.  Nous avons pu aligner qu’un joueur professionnel qui joue en Italie. La différence est là ».

D’après lui, « en deux semaines, on ne peut pas préparer une équipe ». Pour préparer une équipe nationale, Mouctar Mamoud explique qu’il faut un championnat qui joue en temps plein. « A ce moment, on aura des joueurs qui seront en jambes et la sélection sera bien faite. Ça dépend aussi de ce qu’on peut faire on niveau de la fédération ou au niveau de l’équipe nationale. Là, si ça piétine, ce n’est pas de notre faute. Cette affaire de football, ça fait longtemps. »

« Ce n’est pas de notre faute »
Mouctar Mamoud rappelle que dans le quinquennat passé, le chef de l’Etat a construit une dizaine de stades dont l’état est à 80%. « Il a créé des caisses pour soutenir le sport. La question doit être posée à ceux qui ont fait capoter ce projet et fait en sorte qu’aujourd’hui ça ne joue pas. Pour jouer, il faut manger, se soigner, se reposer, jouer sur un terrain. Aujourd’hui, la FIFA est là pour nous faire des pelouses synthétiques très modernes pour jouer mais malheureusement, on continue à piétiner. Malheureusement, ce n’est pas de notre faute, les préparations sont mal faites », selon le président de la fédération de football.Il se veut optimiste, et pense qu’un championnat national « digne de ce nom » peut porter ses fruits. Toutefois, « ce n’est pas facile d’organiser un championnat national ». Mouctar Mamoud s’en explique ; « Au Tchad, nous sommes dans un pays vaste. Avec les infrastructures, c’est difficile. Dans tous ça, il n’y a pas d’équipes qui sont soutenues. Les équipes qui ont été soutenues par le passé ne le sont plus, les sponsors ont reculés. La FIFA nous a aidé, toujours aidé à forger ce championnat national. Nous allons continuer. »

La FIFA a mis tous les moyens »

Mouctar Mamoud remercie l’actuel ministre qui « s’engage pour tous les sports » et « dit en face qu’il veut des résultats ». Il explique que « la FIFA a mis tous les moyens, beaucoup de moyens pour le transport, des équipements, des pelouses qui coutent chers. Moundou est fini, Abéché dans quelques mois. Le centre est là, on peut accueillir 100 joueurs. La pelouse est là dans ce centre qui n’est pas fonctionnel à temps plein. Aujourd’hui nous avons commencé à la base. Dans tous les pays ils ont des centres pour faire des regroupements. La FIFA continue à nous aider à jouer ces championnats. Elle a promis à nous aider à faire ce genre transports. Notre équipe senior est sanctionnée mais on continue à jouer avec les U23 ».

Le président de la Fédération tchadienne de football a appelé les supporters à ne pas se décourager. S’il reconnait que la préparation a « piétiné un peu », il souhaite que les U23 concourent pour les jeux olympiques.